Tous les peignes


Découvrez la gamme des peignes en corne Thomas Liorac

Guide d achat


Nos engagements



EPV

Comment lutter contre la chute de cheveux ?

Publié le : 21/04/2012 14:40:49
Catégories : Conseils

 

Comment distinguer perte normale et anormale de cheveux, perte temporaire et définitive des cheveux ?

le monsieurLes cheveux ont un cycle de vie plus ou moins court ou long selon les personnes, de 2 à 6 ans environ. Ils sont renouvelés petit à petit, chaque jour. Il est donc normal de perdre des cheveux tous les jours. La chute anormale de cheveux est appelée par les médecins « alopécie».

  • Une personne normale perd environ 50 cheveux par jour.
  • On estime que jusqu'à 100 cheveux par jour, la chute n'est pas anormale.
  • Il faut s'inquiéter si on perd plus de 100 cheveux chaque jour environ.
  • S'inquiéter également si une ou plusieurs plaques sans cheveux apparaissent (il peut s'agir d'une maladie de peau).
  • Il peut arriver de perdre anormalement ses cheveux suite à un choc psychologique, un stress intense pour le corps (deuil, peur intense, mais aussi maladie avec forte fièvre ou traitement médicamenteux lourd). Dans ce cas, les cheveux tombent 2 à 4 mois après l'apparition de la cause, mais ils repoussent au bout de 6 à 12 mois environ.

Quelles sont les causes d'une perte anormale de cheveux ?

  • La cause la plus répandue de perte de cheveux est l'alopécie andro-génétique, ou calvitie masculine. Dans ce cas, l'homme perd d'abord ses cheveux au-dessus des tempes, il peut y avoir un phénomène de tonsure (dégarnissement au sommet du crâne)
  • Chez les femmes, l'alopécie androgénétique existe également. Dans ce cas, elle est souvent accompagnée d'une pousse anormale de poils sur d'autres zones du corps. Elle correspond à une hypersensibilité aux hormones masculines naturellement présentes dans le corps, pendant des périodes de modification hormonale : lors de la ménopause, mais aussi après un accouchement ou après l'arrêt d'une pilule contraceptive. La chute de cheveux touche alors le sommet de la tête de manière diffuse.
  • Certaines maladies de peau peuvent aussi provoquer une alopécie. Dans ce cas, la plupart du temps, la chute de cheveux se fait par plaques rondes ou ovales, plus ou moins régulières. On parle alors de pelade. En principe et sauf cas particulier, lorsque l'infection est vaincue, les cheveux repoussent. Un choc émotionnel (décès d'un proche, peur intense) peut provoquer une chute de cheveux. Les cheveux tombent deux à quatre mois après l'événement. Ils mettent 6 à 12 mois à repousser.
  • Certains médicaments (chimiothérapie) : dans ce cas, les cheveux repoussent normalement dans les mois qui suivent l'arrêt du traitement
  • La trichotillomanie (tic d'arrachage des cheveux) : celle-ci correspond souvent à un malaise psychologique plus profond, à prendre en compte. Si les cheveux sont arrachés par tractions trop violentes, cela peut à la longue abîmer le bulbe capillaire, et empêcher la repousse des cheveux.
  • Soins capillaires excessifs (coiffures serrées, brushings, colorations, permanentes, lissage au fer, excès de chaleur...) : attention car des coiffures trop serrées et répétées (chignons, nattes ou tresses portés chaque jour) ou des tractions trop violentes des cheveux peuvent endommager définitivement le bulbe capillaire et empêcher la repousse des cheveux.

Qui consulter ?

  • Le coiffeur peut aider à déterminer une chute excessive ou normale de cheveux, faire une coupe de cheveux destinée à leur donner un aspect plus esthétique en attendant les effets des soins.
  • Le médecin généraliste peut orienter vers un dermatologue si besoin, ou donner le traitement adapté.
  • Le dermatologue est le spécialiste de la peau. Il est donc le mieux placé pour diagnostiquer la cause d'une chute de cheveux excessive (pour l'assurance maladie, il faut avoir consulté le généraliste auparavant)
  • Le chirurgien spécialiste du cuir chevelu est indiqué pour des examens plus poussés et déterminer si l'implant de cheveux est indiqué.
  • Le psychologue peut également aider à résoudre un problème de trichotillomanie, mais aussi pour aider à surmonter le malaise psychologique que peut provoquer une chute anormale de cheveux. Cet aspect ne doit pas être négligé car la chevelure revêt une symbolique importante de force, de beauté, voire de puissance.

Comment prévenir la perte de cheveux, comment guérir ?

  • La première chose à faire est de ne pas imposer de mauvais traitements aux cheveux. Il est inutile de faire un shampoing chaque jour, sauf dans certains cas : les coiffeurs sont de bon conseil. Attention aussi aux frottements, tractions de cheveux. Laisser les cheveux libres périodiquement.
  • Pour éviter de tirer les cheveux lors de la coiffure, utiliser un peigne en corne et une brosse en poils de sanglier naturels (attention, les brosses vendues comportent souvent un mélange de poils de sanglier et fils de nylon). Protéger les racines des cheveux avec les doigts en cas de tractions fortes.
  • Le démêlage est important pour aérer la chevelure et éviter l'accumulation de bactéries ou champignons, qui peuvent être à l'origine d'une perte de cheveux.
  • Des traitements à base de lotions et de vitamines peuvent être prescrits par le médecin si la repousse a besoin d'être stimulée
  • Pour les cas d'alopécie définitive (les cheveux ne repoussent pas), la chirurgie permet d'implanter de nouveaux cheveux sur les zones atteintes grâce à une greffe capilaire. Il s'agit de prélever des cheveux sur d'autres parties de la tête et de les greffer sur la partie atteinte. L'intervention n'est pas très lourde et ne nécessite pas plus d'une courte journée (elle dure environ 2 heures), elle n'est pas ou peu douloureuse. En revanche, selon le nombre de cheveux à implanter, il peut falloir plusieurs séances (1 à 3 séances en général).
  • Il existe une prise en charge de l'alopécie définitive par la sécurité sociale, en particulier pour les femmes, pour lesquelles elle peut avoir des répercussions importantes. N'hésitez pas à vous renseigner sur les conditions auprès de votre caisse d'assurance maladie, ou de votre médecin.

Livre blanc

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)